Le marque-page ou ma descente lente aux enfers de la prévoyance

Vous savez comment j’ai su que mes 40 ans s’approchaient? Comment j’ai su que j’étais inéluctablement devenu un adulte, que mon adulescence, la folie de mes 30 ans était derrière moi? J’ai utilisé la carte de visite d’un courtier comme marque-page. Je lisais un livre assez drôle, assez fin, un livre d’été, et quand j’ai cherché un marque-page j’ai pris la première chose que j’ai trouvé sur mon bureau. Et c’était la carte d’un courtier. Oh, le coup de vieux! J’ai pris des cernes, juste en la prenant dans mes mains. Le pire c’est que j’ai fait ça d’un air naturel, comme si c’était la chose la plus normale au monde d’avoir une carte de courtier sur son bureau. On est loin, très loin de la révolte, de vouloir changer le monde! Maintenant je prépare le futur. Je pense à mes surlendemains. Bref, je suis devenu responsable et prévoyant. L’horreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.